Lettre à l’Académie française, sur ‘délocaliser’.
Article mis en ligne le 4 juillet 2020

par Isabelle
logo imprimer

« DÉLOCALISER » sur le portail de l’Académie française :
— - en accès direct : https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9_0101
— - ici reproduit :



DÉLOCALISER conjugaison verbe transitif
XIXe siècle. Dérivé de localiser.
1. administration. Déplacer une administration en application de mesures de décentralisation ou de déconcentration. L’administration supérieure des Terres australes et antarctiques françaises a été délocalisée à La Réunion.
▪ Par extension. Pour éviter des troubles à l’ordre public, le juge décida de délocaliser le procès de cet infanticide.
2. économie. En parlant d’une entreprise, transférer une activité d’un pays vers un autre pour gagner en compétitivité. L’entreprise envisage de délocaliser ses ateliers. Absolument. Cette société va délocaliser.
3. chimie. Souvent pron. S’emploie à propos de certains électrons qui vont d’un atome à l’autre au sein d’une molécule. Dans un corps mésomère, les électrons se délocalisent, sont délocalisés.

Ma lettre, envoyée à l’Académie ce jour, sur son formulaire en ligne :

Bonjour,

Veuillez me permettre de réitérer une question que je vous ai posée il y a quelques années, restée sans réponse (sauf erreur de ma part), et – visiblement cette fois – sans effet sur le mot concerné : « délocaliser / délocalisé ».

J’apprécie vivement vos efforts d’explication des nouveaux mots ou locutions, en particulier dans la rubrique « Dire, ne pas dire ». Je me réjouis, par exemple, de vos articles sur les épouvantables thématique, problématique, méthodologie, volumétrie, finaliser, dédié à...

Je ne peux donc que m’étonner de votre silence sur l’affreux « délocaliser », récemment apparu dans le discours médiatico-économique. Utilisé depuis les années 1930 en physique quantique, le mot « délocalisé(e) » signifie que la particule NE PEUT PAS être localisée, ou détectée, par un appareil. Ceci est un effet de la relation de Heisenberg selon laquelle on ne peut mesurer à la fois la position et la vitesse d’une particule quantique en dessous d’une certaine incertitude. En physique, donc, et par extension, il est possible de dire que la particule n’a tout simplement PAS de position, de lieu : elle est délocalisée (de fait, elle est représentée par une fonction d’onde, dont l’extension dans l’espace est – à strictement parler – infinie, par exemple une gaussienne).

Dans ce contexte, le mot délocalisé ne signifie donc pas que les électrons VONT d’un atome à l’autre, ce qui sous-entend encore qu’à chaque instant ils gardent une position précise, potentiellement détectable, mais bien que les électrons SONT SIMULTANÉMENT sur les deux atomes, en raison de l’extension spatiale de leur fonction d’onde. La délocalisation quantique implique nécessairement cette ubiquité, même si l’échelle en est microscopique.

Par conséquent, pour ce mot de « délocaliser »,
1/ il me semble que votre définition de chimie est sinon fausse, du moins ambiguë ;
2/ je répète qu’il serait fort judicieux d’ajouter la définition de la physique, pour trois raisons essentielles :
— -a) la définition de physique est probablement antérieure à celle de chimie, voire à toute autre ;
— -b) la définition de physique est plus générale : elle concerne toute particule quantique, et pas seulement l’électron : le photon, le proton, le neutron, etc. sont TOUS délocalisés (dans les expériences ondulatoires) ;
— -c) la définition de physique, quoique historique, reste aujourd’hui encore celle qui est pratiquée par tous les physiciens du monde, méritant en cela une place au dictionnaire ;
3/ de ce point de vue, l’usage récent du terme en économie appartient aux « Emplois fautifs » de votre rubrique Dire, ne pas dire, puisque les entreprises – elles – gardent bien une position identifiable à chaque instant, et ne font que se déplacer d’un lieu connu à un autre lieu connu. Un déplacement, un transfert, une migration, n’ont jamais constitué une « délocalisation »… avant que les médias ne le décident. Un évident effet d’emphase que, généralement, vous ne manquez pas de débusquer ! Je serais fort heureuse d’avoir votre avis sur ce point.

Je ne doute pas que quelque grand physicien de l’Institut puisse éclaircir mieux que moi ces pistes de recherche.
Dans l’attente d’une réponse, je vous remercie bien sincèrement de votre attention,
Très respectueusement,
I. Saillot



Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puce--> contacter Isabelle SAILLOT ! puce

RSS

2016-2020 © Le Salon - Isabelle Saillot - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP par isabelle saillot avec le squelette ESCAL-V3 Version : 3.85.7